Nos premiers jours à Auckland

Auckland, notre première étape   fin novembre 2019

Nous avons logé 5 nuits dans un Airbnb (voici le lien de l’hébergement). Les prix étant quand même très hauts, nous ne pouvions pas nous permettre de réserver un logement entier. Nous avions donc une chambre privée dans un appartement près du centre.

 

Il nous fallait régler des derniers détails, tel qu’une carte SIM basique pour appeler les numéros néo zélandais, ouvrir un compte en banque et trouver le van.

 

La carte SIM, un jeu d’enfant

Pour la carte SIM, ce fut assez simple même si le prix reste quand même bien salé pour un forfait incluant simplement SMS et APPELS ; $19,90 chez Vodafone. Cela nous permettait d’appeler ou d’écrire aux revendeurs de vans pour une potentielle visite. Nous avons acheté un petit téléphone en plus à $20 ce qui nous a permis de ne pas devoir faire l’échange de carte sim à chaque fois, nous gardions donc nos téléphones avec le forfait Free.

 

Le compte bancaire, ou une histoire sans fin

Quelques explications si vous voulez ouvrir le vôtre en NZ en cliquant ici

Pour le compte en banque, ce fut une autre histoire… nous avions vu via les réseaux sociaux que les délais d’ouverture étaient plus longs en centre-ville (2 semaines pour ANZ et 7 jours pour KIWI bank) alors nous nous sommes éloignés du centre pour trouver les banques avec un délai moins important. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il y a tout d’abord une procédure d’inscription à compléter sur internet avant d’aller dans un point de vente physique pour vérifier son identité. Ensuite, c’est au petit bonheur la chance. Soit la personne vous prend tout de suite pour finir votre dossier, soit elle prévoit un rendez-vous (quelques jours plus tard). Mais les problèmes sont loin d’être terminés. Toutes les banques nous ont demandé un justificatif de domicile prouvant que l’on vit en Nouvelle Zélande. De plus, si la facture d’électricité par exemple n’est pas à notre nom, il faut une attestation du logeur expliquant que l’on vit avec lui. Nous avons eut un peu de mal à convaincre les hôtes qui nous logeaient à ce moment-là. Ils ne comprenaient pas trop pourquoi toutes ces démarches et ne voulaient pas recevoir de courrier en plus. Nous avons finalement réussi à les convaincre et Alex s’est empressé de trouver une KiwiBank pour finaliser notre compte. Evidemment, il est rentré bredouille. L’homme face à lui ne voulait rien savoir car Alex n’avait pas pris de rendez vous. En plus, il lui a dit que la lettre n’était pas valide car il manquait une date et une signature… Pas de chance, nous étions partis pour la journée. Nous avons retenté notre chance dans un autre office (ayant dans la main la même lettre avec ni date ni signature). La dame à l’accueil l’a pris en charge directement, a vérifier ses justificatifs et a ouvert son compte en banque. Il a même eut le droit à sa carte de crédit instantanément. Tout ça pour dire que les banques néo-zélandaises sont de plus en plus de mauvaise foie avec les backpackers mais qu’il ne faut rien lâcher…

 

Le van (de nos rêves ?)

Nous avions déjà une idée du van idéal avant de partir. Vous trouverez tous les détails en cliquant ici

Nous sommes allés dans un carfairs. Les vans ici sont vieux, petits et très chers (car self-contained) et l’aménagement est très sommaire. Nous avons questionné quelqu’un à propos de nos envies et il a voulu nous vendre un Fiat Ducato “tout bien équipé” de 2003 avec… 900 000 km… pour $10 000… Oui vous ne vous êtes pas trompés, j’ai bien écrit 900 000. 450 000, ça a été et ce sera notre dernier achat avec autant de kilomètres. On a également parlé avec un français qui travaille dans les garages : “Chez nous les vans ne sont pas aussi grands que ce que vous recherchez mais en très bon état, on vous les garantit pendant deux semaines” alors nous avons demandé comment ça se passait pour la garantie. “Ah non mais tout se fait à l’oral ici. Et vous ne trouverez pas ou rarement des papiers de véhicule sur l’historique,  ici on est en Nouvelle Zélande”

thumbnail_007A4676-AA05-4EF7-96BB-60952E50D398

Bref, notre conclusion reste la même : on préfère acheter un van gros, vide et plus récent pour l’aménager nous-mêmes. Ça nous coûtera moins cher et on aura moins de soucis avec.

Nous sommes également allés dans un garage qui vend des véhicules dont un Ford Transit que nous avons pu visiter. $18 000 pour un peu plus de 200 000 km. Nous tenons debout, mais Alex ne peut pas s’allonger entièrement en largeur et le manque de luminosité nous gêne. De plus, il y a tout à faire (même l’isolation).

thumbnail_IMG_0877

Nous avons eu quelques réponses de van via Trade.me et avons trouvé une ancienne ambulance dans notre budget. Les nombreux kilomètres nous suivent jusqu’au bout car après l’Australie avec 450 000, nous voici avec un van de 350K km. De 2009, elle nous paraît être en bon état. Elle est propre, que ce soit  l’extérieur ou à l’intérieur. L’espace de vie est large, ce qui fait rêver pour y faire construire son « camping car ». L’intérieur nous semble déjà isolé.

thumbnail_IMG_0843

Ce qui nous a vraiment freiné, c’est au moment où on a demandé au revendeur l’historique du véhicule, et qu’il nous a répondu qu’il n’avait rien. Pas de facture, pas de papier d’entretien. Autant vous dire que nous avons eu du mal à faire confiance… Il nous a expliqué que c’était la compagnie d’ambulances qui les gardait. Alors nous nous sommes dit « allons les trouver ! » L’ambulance venait de Christchurch, au sud de la NZ, mais la compagnie d’ambulances est la même pour tout le pays, du nom de St John. Mais cela n’a rien donné et personne n’a voulu nous les transmettre. Par contre, nous avons eut confirmation que les ambulances sont bien entretenues, et sont checkées tous les 20 000 km.

Notre objectif principal était d’être convaincus par la mécanique de la voiture. Nous ne voulons pas revivre l’expérience de l’Australie. L’une des étapes essentielle avant tout achat est de vérifier la crédibilité de la vente. Vous avez des sites internet qui proposent l’historique du véhicule (malheureusement tout sauf les réparations ou les factures !) mais qui nous confirme si le véhicule est un véhicule volé, si le nombre de kilomètres est bien celui déclaré etc… Nous avons payé une dizaine de dollars sur le site Carjam pour le vérifier. Nous nous sommes également renseignés pour faire un contrôle technique et nous avons trouvé quelqu’un d’indépendant. En attendant le résultat, Alexis a pu essayé la voiture et contrôler que tout va bien. Il a énormément discuté avec le revendeur qui l’a vraiment mis en confiance. Il vend le véhicule sous le nom de son entreprise et non sous son nom propre, ce qui exige une sorte de garantie après achat. Il explique qu’il n’a aucun intérêt à vendre un van avec des problèmes pour que l’on se retrouve ensuite à devoir faire des démarches administratives. Il nous a également expliqué que les démarches ont été faîtes auprès de la compagnie d’ambulances pour récupérer l’historique du véhicule mais qu’elle a refusé. Qu’il sait que l’ambulance n’est pas encore prête et qu’il s’occupera des derniers détails comme le renouvellement de la WOF pour un an, de la REGO et des dernières réparations à faire dessus. Le résultat du contrôle technique est tombé, il n’y a que certaines petites anomalies à régler, mais la grosse mécanique est en bon état. Le 26 novembre, nous avons écrit au garagiste en confirmant notre intérêt pour le van et nous irons le chercher en fin de semaine lorsqu’il sera prêt…

 

De bon endroits si vous passez à Auckland

Nous avons mangé dans les meilleurs brunchs, Chuffed le premier jour, avec un cadre très sympa et de la bonne nourriture. Nous y avons même acheté du café en grains.

Nous avons également apprécié les super bons hot dogs de Federal Delicatessen après une grosse journée à courir à droite et à gauche.

 

Nos premiers jours à Auckland n’ont vraiment pas été simples. Nous avons bougé à droite à gauche et pris un nombre infini de bus pour nous occuper principalement de l’ouverture d’un compte en banque et de la recherche de vans. Le compte en banque a été une galère sans fin mais Alex a enfin pu en posséder un.

Le 27 novembre, nous partions d’Auckland prendre encore une fois une multitude de bus pour nous amener à Kaukapakapa, dans notre famille HelpX. Et le 29 novembre, nous étions en route pour acheter notre ambulance… Le garagiste s’est occupé de la nouvelle WOF pour un an et des dernières réparations à faire. Il n’a simplement pas pu réparer l’auto-radio. Il nous a donné $90 de plus pour nous aider à payer l’essence ainsi que la REGO, et s’est occupé de payer la taxe pour nos 5000 premiers kilomètres (oui nous avons une taxe avec un véhicule diesel en Nouvelle Zélande). Le paiement s’est fait facilement car nous avions eut le temps de transférer notre argent de France au compte néo-zéalandais via TransferWise, et le paiement est très simple dans ce pays. En 30 secondes, le virement des $15 000 était effectué. Il suffit maintenant de déclarer un changement de propriétaires en allant à la poste et le van est à nous. Nous sommes allés directement renouveler notre REGO pour un an en toute rapidité et simplicité. Pour connaître les dépenses liées au van, voici l’article.

 

Projet de van aménagé : le budget

Un projet comme celui-ci n’est pas ordinaire et nous a demandé beaucoup de temps et d’argent. Nous avons énormément investi dans ce van car c’est avant-tout pour nous un rêve qui se réalise, tout en espérant par la suite le revendre et récupérer une grande partie de la somme engagée.

 


LES DÉPENSES,
L’ACHAT ET L’AMÉNAGEMENT DU VAN



L’ACHAT

$15.000

LA PAPERASSE
– CARJAM : $11,75
– WOF : $0 (renouvelée et réglée par le garagiste, donc pas de frais)
– POSTE : $9 pour le changement de propriétaires
– REGO 1 AN : $198
– ASSURANCE AUTO : $534 « Third Party Car Insurance » chez AA pour un an avec vol, incendie et brise-glace compris AVANT CERTIFICATION SELF CONTAINED
Utilisation de l’assurance … mois soit $… remboursé
ASSURANCE AUTO : $783,54 COMPREHENSIVE chez AA soit la plus grosse assurance de camping-car tout compris pour un an APRES CERTIFICATION SELF-CONTAINED
Utilisation de l’assurance … mois soit $… remboursé
Membre AA pour 1 an : $75
– TAXE DIESEL : $4,08 pour la vignette
– JUSTICE : $50 de dossier + prix impression papiers

LA MÉCANIQUE
– CONTRÔLE TECHNIQUE : $200
– CERTIFICATION DE GAZ + INSTALLATION EAU, CHAUFFE-EAU : $800
– PASSAGE CHEZ LE GARAGISTE : $5.366,68
$55 problème voyant frein
$347,68 à notre demande : faire le tri dans l’électrique
$50 réparation d’un pneu qui a crevé à cause d’une vis
$39 remorquage suite à un problème mécanique (turbo)
$4.914 réparation nouveau turbo + problèmes qui s’en suivent (électrique, bougies d’allumage, boîter de vitesse…)
$259,18 problèmes voyants ESP et pompe à eau
– ACHAT GRANDE SURFACE : $11,42 (liquide de refroidissement)

L’AMEUBLEMENT
– BOIS : $1200 au total comprenant planches de bois pour le plans de travail, les meubles, les tasseaux, les lattes pour le lit, le lambris au plafond, les plinthes et les baguettes achetés principalement à Bunnings ou Place Makers

LE MONTAGE ELECTRIQUE
– BATTERIE : $739 à Jaycar
– PANNEAU SOLAIRE : $310 à AA Solar
– CONTROLLER (régulateur entre le panneau solaire et la batterie) : $180 à AA Solar
– KIT D’INSTALLATION PANNEAU SOLAIRE : $220 à AA Solar
– INVERTER (convertisseur 12V à 240V) : $200 à Jaycar
SOUDURE : $50 comprenant étain et gaines thermorétractables à Jaycar
– AUTRE (connectiques) : $200 à Burnsco et Super Cheap Auto
– 2 x PRISES 2 USB : $60 à Jaycar

L’ÉCLAIRAGE
– 17 LAMPES LED 12V : $500 comprenant 15 leds intérieurs (4 de taille moyenne, 8 petites et 3 bandes leds) et 2 leds extérieurs à Jaycar
– INTERRUPTEUR LUMIÈRE : $15 à Jaycar

LA RADIO
– STÉRÉO : $100 à Repco
CONNECTIQUES STEREO : $60 à Repco
– ADAPTATEUR ANTENNE RADIO : $6 à Repco

L’EAU
– 2 RÉSERVOIRS D’EAU : $460 comprenant un réservoir d’eaux claires 80L et un réservoir d’eaux grises de 70L à KIWITANK (internet)
– CHAUFFE-EAU : $420 à RVWORLD (internet)
– AERATION CHAUFFE-EAU : $132,83 à Marvel Distributors Auckland
– ROBINET pour les réservoirs d’eau : $10 à Bunnings
– ROBINET ÉVIER : $150 à Burnsco
– TUYAU D’EAU POTABLE : $30 à
Burnsco
– TUYAU D’EAU GRISE : $100 à Burnsco
– POMPE ELECTRIQUE : 180 à
Burnsco
– AUTRE (fixation, embout, connectiques) : $50 au total à Bunnings et Burnsco

LE GAZ
– BOUTEILLE DE GAZ de 4kg : $50 à Mitre 10
– CÂBLE ET RÉGULATEUR DE GAZ : $40 à Mitre 10

LES OUTILS ET ACCESSOIRES
– OUTILS (mètre, caisse à outils) : $20 à Bunnings
– VENTILATION : $60 à Burnsco
– MATÉRIELS DE NETTOYAGE (chiffons, désinfectant…) : $30 à PakNSave
– POIGNEES (5) : $65 à Bunnings
AUTRE (fixation, mécanisme, accessoires) : $820 au total comprenant vis, clous, colle, silicone, scotch, scratch, mécanisme de fixation, d’ouverture, équerre, rails, pinceaux, pistolet à colle, poignées, outils de serrage… à Bunnings

CÔTÉ CHAMBRE
– MATELAS ET OREILLERS : $750 à Bedpost
– LINGE DE LIT : $270 à Briscoes
– PLAIDES (2) : $70 à Bed Bath & Beyond
– BOÎTES RANGEMENT : $60 à Storage Box

CÔTÉ SALLE À MANGER
– MOUSSE MATELAS BANQUETTE (2) : $90 (dimensions 65 x 40 et 67,5 x 40) à Para Rubber
– TISSU POUR BANQUETTE : $40 à Spotlight
– VAISSELLE (assiettes, couverts…) : $65 à The Design Store et Nood

CÔTÉ CUISINE
– FRIGO : $900 à Burnsco
– PLAQUES DE CUISSON : $350 à RVWORLD (internet)
– CRÉDENCE : $140 comprenant la machine pour découper, le carrelage? la pâte adhésive d’1L, la colle/joint, les crochets d’espacement carrelage et l’applicateur de joints à Bunnings
– GROS EQUIPEMENTS DE CUISINE (poêle, casseroles) : $90 à Briscoes
– PETITS EQUIPEMENTS DE CUISINE (couteaux de cuisine, planche à découper, récipient spatule, balance électrique…) : $230 à Kmart et Briscoes
– ACCESSOIRES (poubelle, anti-dérapant, balayette, torchons…) : $100 à Kmart et Briscoes
– BOÎTES, TUPPERWARE ET RANGEMENTS : $100 à The Warehouse et Kmart
– ASPIRATEUR : $40 à Burnsco

CÔTÉ EXTÉRIEUR / CAMPING
TOIT DE TENTE : $360 à Adventure King (internet)
– BANQUETTE PICNIC : $20 à The Warehouse
– TABLE DE CAMPING 4 personnes : $50 à Bunnings
– CHAISES DE CAMPING (2) : $25 à The Warehouse
– RALLONGE DE CAMPING : $100 à Mitre10
– MOUSTIQUAIRES : $130 (deux aux fenêtres et une côté porte) à Bunnings
– TOILETTE CHIMIQUE : $160 comprenant les toilettes et le produit à Burnsco
– EXTINCTEUR : $20 à Bunnings
– TENTE DE DOUCHE : $70 à Burnsco
– MINI ÉTENDOIR : $20 a Burnsco
– RÉCHAUD : $89 à Warehouse avec bouteille de gaz : $7
– JUMELLES : $29.99 à Burnsco

LA DÉCORATION, LE SUPERFLU
– PEINTURE ET HUILE : $200 au total à Bunnings
– SOL VINYLE : $122 à Bunnings
– DÉCORATION : $550 à The Design Store, Briscoes, Farmers et Spotlight
– RIDEAUX : $270 comprenant tringle à rideaux, fixation, tissu, colle à Spotlight

 

TOTAL DES DÉPENSES DU VAN : $34.100

dont $15.000 dans l’achat, $13.000 dans l’aménagement, $5.000 dans la mécanique et paperasse

 

Se préparer à partir

Avant toute chose, ce n’est pas parce que l’on est déjà parti en Working Holiday qu’il faut penser qu’il n’y aura pas de problèmes… On était préparé. On connaissait déjà toutes les étapes pré-voyage. Notre phrase préférée : Il y aura toujours des imprévus quoi qu’il arrive !

◊ Les papiers d’identité (carte d’identité, passeport)

Ma carte d’identité (Flavie) sera périmée au mois de mai 2020, mais j’ai encore mon passeport valide alors pas d’inquiétude.

◊ Le visa (Working Holiday Visa)

Cette fois encore, nous nous y sommes pris très en avance (Mai pour partir en Novembre) je ne me souviens plus du prix exact ($208 nz ce qui fait 125€) mais il me semble qu’il était moins cher que le visa pour l’Australie. ($440) Voici le lien pour souscrire au visa : VISA WHV

◊ L’assurance santé

Cliquez ici Nous avons choisi Go by Ava car elle nous paraissait être la plus complète, maintenant il en existe pleins d’autres ! Allongez-vous confortablement dans votre canapé car cela risque de prendre un peu de temps… Prix : 376,20€ pour 1 an.

◊ Le permis international

Cette fois-ci, on s’y est pris des mois et des mois en avance. Et ça a payé, nous l’avons reçu bien avant notre départ. Une chose de moins à penser. Ayant tous deux mis à jour nos passeports, pas de problème à ce niveau-là. N’oubliez pas de prendre votre permis français tout de même, il est toujours utile et peut servir d’un autre justificatif d’identité !

◊ Le billet d’avion

Nous avons pris nos billets d’avion en même temps, chacun de notre côté. (Notre carte bleue nous permettait de nous assurer). Nous étions très flexibles sur la date de notre départ. Nous voulions juste arriver pour la saison d’été, et la date s’est précisée à l’achat des billets d’avion. Nous avons bénéficié d’une très bonne offre : 19 novembre, 22 heures de vol au total, 1 heure d’escale, compagnie Singapore Airline, 550€. Comme l’année passée nous n’avons pas pris de billet retour.

Notre avion décollant de Milan, nous avons donc pris un train la veille et réservé une nuit à l’hôtel près de l’aéroport.

CONSEIL POUR L’ARRIVÉE A DESTINATION : Penser aux déplacements entre l’aéroport et le logement que vous avez réservé. Si vous arrivez après 21:00, demandez au logement si cela ne les dérange pas. Pour le déplacement, nous pensons qu’Uber est le moyen le plus pratique. Ma carte bleu étant déjà enregistrée sur mon téléphone, n’ayant aucun frais dessus et ayant le forfait Free accessible dès l’arrivée en Nouvelle Zélande, le début de votre voyage s’est passé sans souci ! Le seul inconvénient est de trouver l’endroit réservé au parking des Uber « Uber Pick Up ». (Un conseil, soyez déjà sur place avant de le réserver, car si le chauffeur est déjà là, il pourrait annuler la course et vous perdrez votre argent !)

◊ Durée du voyage

Ayant vécu l’expérience en Australie, nous ne pouvons pas déterminer la durée exacte de notre voyage en NZ. L’idéal serait d’y rester le plus possible (1 an), mais nous ne pouvons pas prévoir à l’avance comment le voyage se déroulera. On ne prend donc pas notre billet retour.

◊ Le but du voyage

Le visa Working Holiday, qu’il soit pour l’Australie ou la Nouvelle Zélande, permet de découvrir le pays tout en y trouvant du travail.

Les destinations à voir

◊ Budget à prévoir

Nous avions prévu un budget deux fois plus élevé que pour l’Australie. Avec 10 000€ chacun, nous espérons être tranquilles les premiers mois du voyage. De plus, notre projet de van est différent…

Le compte bancaire

Attention ! Nous nous sommes aperçus qu’il était de plus en plus compliqué d’ouvrir un compte en Nouvelle Zélande ! Notre histoire avec l’article sur Auckland première étape

Voici les conseils que l’on peut vous apporter : renseignez-vous sur les banques pour déterminer laquelle vous semble la plus intéressante. Il vous faudra remplir une pré-inscription sur internet. Lorsque vous séjournerez les premières nuits en Nouvelle Zélande, le plus important sera de demander aux personnes qui vous logent (que ce soit une auberge de jeunesse, une famille HelpX ou un Airbnb) qu’ils vous obtiennent un justificatif de domicile avec une attestation expliquant qu’ils vous hébergent (et donc que vous vivez avec eux, car une adresse en Nouvelle Zélande est indispensable pour l’ouverture d’un compte, mais avec justificatif !)

Après avoir rempli la pré-inscription, vous devrez vous rendre dans la banque en question avec votre ID et votre preuve de domicile. Si vous avez de la chance, ils vous prendront tout de suite pour ouvrir votre compte. Certains prennent le temps de s’occuper de vous, d’autres ne chercheront pas plus loin que leur nez et vous diront « You need to have an appointment ». Personnellement, nous avons eut énormément de refus. De plus, n’oubliez pas d’apporter une date et une signature de votre hébergeur sur la lettre. Et si votre hôte préfère préciser les dates auxquelles il vous loge, attention qu’elles correspondent toujours dans le cas d’un rendez vous futur pour la vérification de votre identité. En conclusion : vous serez chanceux ou non, certains ne joueront pas sur les détails et certains seront plus exigeants.

A SAVOIR : Nous sommes tous deux chez BOURSORAMA BANQUE et avons la carte ULTIM. Nous n’avons aucun frais de paiement, les frais de retrait sont appliqués parfois par les distributeurs, mais nous n’en avons pas eut en retirant à la banque « WESTPAC ». Le taux de change n’est pas si différent que celui officiel, donc les premiers jours n’ont vraiment pas été un problème pour nous car nous utilisions notre carte bleu française.

◊ Les opérateurs téléphones

Je suis retournée chez Free (aucun problème en Australie, meilleur qualité/prix) et contrairement aux rumeurs, il est bien écrit dans le contrat que l’usage du forfait en Nouvelle Zélande est illimité dans le temps (sous réserve d’une utilisation normale du forfait). Alex a également souscris à Free, et en plus nous avons souscrit à un forfait prépayé sur place, le plus simple possible pour pouvoir communiquer avec les habitants de NZ.

A savoir Nous nous servons énormément de notre téléphone, et il nous est indispensable pour le GPS. Pour exemple, nous avons énormément bougé les premiers jours à Auckland et notre téléphone était sans arrêt allumé et nous servait de guide, surtout pour prendre les transports en commun.

◊ L’achat d’un van / 4×4

Nous choisissons l’option qui nous semble la plus confortable : le van. Compliqué de s’y prendre des mois à l’avance pour nos recherches de véhicules. Quelques jours avant le grand départ suffit car votre plus objectif en arrivant sera de les contacter par message text, ou de les appeler si vous voulez impérativement voir le véhicule avant qu’il ne soit vendu avant.

Notre histoire

Après les galères d’Australie (des dizaines de problèmes avec le van) nous avions pris une décision qui nous semblait être la plus raisonnable, et en même temps la plus aventurière : acheter un van à vide et l’aménager nous-mêmes ! Les avantages : les prix ne flambent pas durant les saisons chaudes contrairement aux vans aménagés dont le tarif explose ! De plus, acheter un van vide nous garantit une concentration à 100% sur la mécanique, sans être influencés par un « bel intérieur ».

Avec un budget plus conséquent, nous pouvions nous faire le plaisir d’acheter un grand van, plus récent, avec moins de kilomètres (tant que c’est moins que 450 000km) et où l’on peut tenir debout en toute tranquillité. Nous avons comparé certains modèles de vans (Mercedes Sprinter, Ford Transit, Fiat Ducato) en fonction de l’accessibilité des pièces dans le pays, le prix et la fiabilité du véhicule. Nous en avons conclu que le Ford Transit serait idéal. Arrivés à une semaine du départ, nous avons postulé à un maximum d’annonces. Mais quelle surprise lorsque l’on se rend vraiment compte qu’il n’y a presque pas de Ford Transit en vente dans toute la Nouvelle Zélande… (dû à la saison d’été qui approche ?) Tant pis, nous ne baissons pas les bras, nous en avons déjà repéré quelques-uns et nous verrons directement là-bas. Nous n’avons eu que très peu de réponses par mail, peut être que le mieux sera de contacter les vendeurs sur leur téléphone directement.

Où trouver le van idéal ?

Nous avons feuilleté régulièrement les offres plusieurs semaines avant notre arrivée en NZ, ce qui a finalement été plus frustrant qu’autre chose. Nous avons vu des opportunités en or qui nous sont passées sous le nez. (Et oui, difficile de réserver un van lorsque l’on est à l’autre bout du monde !) alors un conseil, ne vous faites pas trop mal (pas comme nous) et attendez la semaine précédant votre départ pour contacter les propriétaires des véhicules et organiser un rendez-vous. Pour ce qui est de nos recherches, nous les avons faites essentiellement via Trade.Me : c’est un peu le bon coin en France. Les groupes Facebook fonctionnent mais nous ne trouvons rien en ce qui concerne notre demande. Un van où l’on peut être debout, nous n’en avons encore jamais vu en vente sur les réseaux sociaux. De plus, ils sont généralement vendus déjà aménagés, même si nous ne sommes pas contre cette option si nous trouvons le van idéal. Nous avons également visité un carfairs et notre conclusion … ? « Une brocante d’antiquités ». Je ne dis pas que vous ne trouverez pas la perle rare (dans les friperies on trouve toujours !), mais en y jetant un coup d’œil nous n’avons pas trouvé cela intéressant. Ce sont des vans qui passent de backpackers en backpackers, autrement dit qui ne sont pas forcément bien entretenus. Le nombre de kilomètres est souvent haut, l’aménagement très sommaire et le prix élevé.

Un vrai conseil : Acheter le par un car dealer ! En Nouvelle Zélande, grâce à la loi, vous avez trois mois de garantie sur le véhicule si vous l’achetez par un car dealer (ce qui n’est pas le cas quand vous l’achetez via un backpacker)

Que faire avant de l’acheter ?

La mécanique est le point le plus important pour votre véhicule. Alors, soit vous êtes très fort et vous vérifiez par vous même, soit vous faîtes appel à quelqu’un de compétent pour faire un contrôle technique. Il y a des agences populaires en Nouvelle Zélande telle que VTNZ ou AA, mais pour être francs avec vous, nous n’avions pas trop confiance en eux. Entre le bouche à oreille et les avis sur internet, nous étions méfiants et avons préféré contacté un professionnel indépendant, qui pour le même prix vous fait le même travail (en mieux ?). Vous aurez un rapport super bien expliqué avec tout ce qui a été contrôlé et tout ce qui ne va pas.

Il faut également vérifié que la REGO et la WOF soit à jour pour être tranquille pendant au moins six mois. Si le véhicule est un diesel, il faudra penser à payer la taxe sur les kilomètres, sinon vous roulerez en toute illégalité.

◊ L’aménagement du van

Nous nous sommes renseignés en à l’avance, c’est toujours important d’y réfléchir si vous voulez rénover un van en camping van. Nous ne le répéterons jamais assez, mais c’est évident : on ne connaît pas les dimensions exacts car nous ne savons pas exactement quel van nous achèterions mais nous pouvons nous faire une idée.

Les questions les plus globales
Comment imaginez-vous votre van ? Que pouvez-vous faire avec votre budget ? Combien d’argent voulez-vous consacrer pour ce projet ? Combien de temps voulez-vous vivre dans votre van ? (un plus long séjour vous donne généralement envie de consacrer plus d’argent) Voulez-vous tenir debout à l’intérieur ou ce n’est qu’un détail ?
Les questions qui viennent ensuite
Lit permanent ou démontable ? Un espace banquette salle à manger en plus ? Une grande cuisine ou petite fera l’affaire ? Avez-vous besoin d’être autonome en électricité et en eau pendant plusieurs jours ? Une ouverture pour accéder aux sièges  l’avant sans sortir du véhicule ?

renvoyer à l’article l’aménagement de notre van

◊ L’assurance de votre nouveau véhicule

Nous sommes actuellement en train de regarder les assurances pendant que je vous écris ce paragraphe. Même si elle n’est pas obligatoire, il est impératif d’en avoir une et qu’elle soit active dès le premier jour où vous obtenez le véhicule ! (Et on vous dit ça en connaissances de causes !) Nous avons vu qu’il y en avait deux principalement, AA ou CCM. Etre jeune conducteur en Nouvelle Zélande, ce n’est pas avoir moins de trois ans de permis mais avoir moins de 25 ans. Nous sommes donc tous deux jeunes conducteurs et l’assurance est forcément un peu plus cher. Il y a plusieurs types d’assurances, partant de la moins cher n’assurant que les dommages causés d’autrui, vous pouvez également rajouter le vol et l’incendie, ou souscrire à l’assurance qui vous couvrira également lors d’un accident, mais le prix est doublement plus cher. Nous allons nous diriger vers l’assurance intermédiaire chez AA. Nous avons choisi cette agence tout simplement car elle est réputée en Nouvelle Zélande, et donc se trouve un peu partout. Et évidemment que si nous avions argent illimité, nous aurions pris l’assurance tout risques.

N’oubliez pas de prendre une assistance dépannage en plus qui est indispensable pour le road trip ! Elle nous a été utile en Australie lorsqu’il a fallu amener notre van (sans frein) dans un garage le plus proche et lorsque l’on a crevé un pneu)

◊ La certification self-contained de votre nouveau véhicule

Qu’est ce que le sticker « self-contained » ?

Contrairement à l’Australie, la Nouvelle Zélande a des réglementations plus strictes pour les vans aménagés et les campements en plein air. Le mieux est d’être certifié self-contained si l’on veut maximiser nos chances de trouver un endroit pour la nuit. Self-contained, c’est-à-dire pouvoir passer trois jours dans son van sans y sortir. Plus précisément, c’est avoir un lit, un évier, un réservoir d’eau propre et d’eau usée, des toilettes, une poubelle. (vous trouverez tous les détails sur internet). La certification nous a coûté 150 dollars. La personne a vérifié nos installations, nos évacuations d’eau, nos aérations d’eau etc… Tout s’est bien passé, sauf qu’évidemment ce serait trop simple si nous obtenions le sticker tout de suite. Il faut compter une semaine pour recevoir la certification par courrier. Nous avons donc décidé de partir une semaine, et de revenir à Kaukapakapa récupérer le sticker ensuite.

Nous l’apprendrons au court du road trip, il n’est pas si simple de trouver un endroit agréable pour s’y garer la nuit. Les spots sont indiqués grâce aux applications « Wikicamp » ou « Campermate ».

 

◊ Le début de l’aventure

Le projet était très simple: quelques jours en Airbnb pour se reposer, trouver un van et habiter chez une famille qui pourrait nous loger en échange de quelques heures de travail par jour.

Notre histoire

Nous avons réservé 5 nuits en chambre privée dans un appartement au centre d’Auckland, ce qui nous laissera le temps de nous occuper de notre ouverture de compte bancaire et de faire la visites de quelques vans.

Quelques semaines avant notre départ, nous nous sommes mis à la recherche d’une famille d’accueil. En plus de nous héberger en échange de quelques heures de travail, elle nous permettrait d’aménager notre van dans leur foyer tout en nous prêtant les outils si besoin. Et bien, ça n’a pas été si simple… En se renseignant sur les groupes Facebook, les témoignages de français étaient pourtant positif : “oui c’est très simple de créer l’intérieur de son van en NZ ! Les familles sont hyper accueillantes et généreuses, il n’y a généralement aucun problème pour ce type de projet !” Et bien pour nous, ça a été plutôt compliqué. Nous étions excités de trouver une super famille, qui serait un vrai soutien pour le début de notre aventure.

Où trouver la famille idéale ?

HelpX (renvoyer à l’article notre sejour en HelpX)

TOUT SUR LES PETITS VOYAGEURS

Tous deux jeunes et curieux, nous avons arrêté (ou fait une pause?) dans nos études. Alexis, 25 ans est diplômé d’une licence et moi, Flavie, d’un bac +2. J’ai deux ans de moins qu’Alex. On ne se voyait pas beaucoup, on s’est rencontré à la montagne, là où Alex habite, mais chacun suivait une route différente. En novembre 2017, nous avons passé le cap et sommes partis en Australie. Ce voyage avait pour but de nous retrouver, de découvrir le pays, de tenter une nouvelle expérience. Il a été bénéfique car à notre retour un an après, nous le savions déjà : nous voulions repartir.

On the road again, « On the road trip again »

En novembre 2019, nous repartions pour un long voyage. Nouvelle destination, nouveau projet : construire son propre van aménagé et découvrir la Nouvelle Zélande.

unnamed

Challenge

Alexis,

Après un voyage d’un an dans un pays gigantesque comme l’Australie, nous savons aujourd’hui l’expérience qu’est de vivre son “road-trip”. Vivre dans son van, explorer le monde qui nous entoure, en toute liberté. On est prêt pour repartir. On connaît maintenant les risques, les pièges à éviter. La nouvelle Zélande nous inspire un voyage plus détendu, avec ses petits “1 600 km” de la pointe de l’île du Nord à celle du Sud. Finis les 500 kilomètres par jour, cette fois nous allons prendre notre temps pour explorer ce pays dans les moindres recoins. On pourra même en profiter pour faire de petits boulots à droite à gauche, ferme, barista…

Le plus important du voyage reste notre van. Ah, celui que l’on avait en Australie, on l’avait bichonné du début jusqu’à la fin et malgré ça il nous en a fait voir de toutes les couleurs ! On était vraiment tristes de s’en séparer lors de la fin de notre aventure. Mais aujourd’hui on sait qu’ acheter un très vieux van avec un grand nombre de kilomètres au compteur, c’est bien une fois mais plus jamais !

J’aimerais, Alex, te proposer un challenge tout aussi intéressant pour la Nouvelle Zélande, bien que totalement différent du premier.

Je ne doute pas de toi, mais plutôt de moi sur ce coup-là, car je n’ai pas beaucoup d’expérience sur ce sujet. Tu m’as confirmé durant l’Australie tes capacités à bricoler, à créer et innover. Je te propose donc, pour la Nouvelle Zélande, de construire notre propre maison à 4 roues. Aménager un van récent de À à Z, qu’il soit à notre image.

Est-ce vraiment plus risqué que d’acheter un vieux van des années 90 avec 450 000 km ?

Koh Tao

 

RETOUCHE

SPOIL : Peu de découvertes sur l’île durant ces quelques jours. Le temps ne l’envisageait pas, par contre vous y trouverez beaucoup de bonnes adresses nourritures et logement ! Attention, si vous recherchez des tarifs bon marché, vous n’êtes pas au bon endroit. Nous nous sommes fait plaisir, à un certain prix !

Day 14 09 novembre 2018
Départ pour Koh Tao

Le point de rendez-vous n’était pas le même qu’à l’arrivée sur l’île: Nous avons dû aller à Bangrak Pier, contrairement à l’aller à Maé Nam Pier. L’expérience sur le bateau était affreux…. Avec ce temps horrible, les vagues étaient agitées et le bateau bougeait beaucoup. Je n’étais vraiment pas à l’aise même si la compagnie que l’on avait choisi était la meilleure et la plus safe. A Bali, les bateaux sont plus petits et contiennent beaucoup plus de personnes à l’intérieur, vous avez plus de risques de vous retrouvez à l’eau :’)

9e2ade55890321.5997322c36ab9 (1)

Nous avons logé à Sunset Villa dans The Rocks Villa, 125€ les deux nuits. Le taxi (gratuit) était là à notre arrivée. La propriétaire de l’établissement nous a réservé un agréable accueil, nous avons même eut un téléphone portable avec quelques contacts préenregistrés (taxi, elle etc…) La vue et la villa étaient très jolies, mais les moustiques étaient envahissants…

e11f7086210d8fd57d583aa9e6166e2c5eb4d09f44e96937b26ff79b41618b29

Alexis connaissait une amie du collège, Marie, qui habitait à présent à Koh Tao avec son chéri. Nous sommes donc sortis le soir pour les voir. Nous avons pris une bière à Crystal Dive Bar, là où se sont rencontrés Marie et Alexandre en tant que moniteurs de plongée.

9e2ade55890321.5997322c36ab9On est ensuite allé manger « chez Albert ». Alors oui, ce n’est pas les restaurant que l’on se fait tous les jours. C’est un restaurant français, avec des produits français et du vin français. C’est donc du haut-de-gamme en Thaïlande. Charcuterie, fondue, vin rouge… Le rêve pour des personnes comme nous, qui n’avions pas connu ça depuis un an, avant notre voyage en Australie. La soirée était superbe, nous avons bien mangé et bien bu !

Le temps ne s’arrangeait pas. On le savait, la saison de la mousson avait commencé, on ne pouvait plus rien faire. A notre retour, il pleuvait et la pente était tellement raide que que le taxi n’a pas réussi à monter jusqu’en haut pour arriver à la villa. Et pourtant, ce n’est pas par manque d’habitude car c’était le chauffeur privatisé par la villa. La montée était trop glissante, il a fait chauffé très fort les pneus mais impossible de monter. On a fini à pieds…

 

Day 15 10 novembre 2018

Sur la route inondée

On a mangé à The Factory Café, rien de très spécial. Nous avons ensuite continué notre petite routine de massage, à Majestic Spa. A notre retour, nous avons voulu profiter de la piscine car il ne pleuvait plus. Mais l’eau était trop froide à cause de ces derniers jours. Et nous n’avons pas tenu plus de dix minutes allongés sur un transat, pour cause : les moustiques commençaient déjà à nous dévorer !

9e2ade55890321.5997322c36ab9On a rejoint Marie et Alexandre à Whitening pour boire un coup. Le cadre est très sympa. On est ensuite allés manger à The Gallery (Thaï), recommandé par nos amis, où nous avons très bien mangé. Les prix restent abordables, mais plus chers que la moyenne.

 

A 22:00 après manger, ils nous ont emmené voir un cabaret un peu spécial puisque les femmes qui dansaient… étaient des hommes. Elles faisaient le show en dansant et faisant du play-back. Certaines étaient incroyablement parfaites, tellement parfaites qu’on aurait dit des barbies. Maquillage, chirurgie… Si un jour, vous avez un doute, vous ne vous tromperez pas en vérifiant 1- la voix (très grave) et 2- la taille des pieds (environ du 45). Nous nous sommes bien amusés. Le retour s’est fait à pieds car nous n’étions pas très loin.

Day 16 11 novembre 2018

Marie et Alexandre avaient décider de tout quitter pour ouvrir un business sur l’île, peu encore connu à l’époque. Ils ont tout deux eut le coup de coeur pour Koh Tao et ont décidé de construire trois villas de luxe destinées à être louer pour de courts séjours tout au long de l’année. Malgré toutes les difficultés qu’ils ont pu avoir, aujourd’hui, ils arrivent premiers de l’île sur le site de réservation Booking. Ils nous ont invité à passer une nuit dans leur plus grande villa.

Ils se sont occupés de tout. Leur taxi est venu nous chercher à 11:00, notre scooter nous attendait et était à nous pour la journée (au long de ces premiers jours sur l’île, nous n’en avions pas louer à cause de la pluie). Une fois de plus, le temps était incertain. Alexis a sorti le drone pour un aperçu de l’île vue de haut.

9e2ade55890321.5997322c36ab9On est allés manger au blue water (il devait y avoir une beach party). Il y avait bien un dj mais pas grand monde, sûrement à cause du temps. Nous avons bien mangé, une fois de plus !ensemble

On a fini l’après-midi à Maya Beach Club, un bar au bord de la mer et très connu des locaux. D’ailleurs, nous avons justement croisé la propriétaire de notre logement la veille à Koh Tao. On était bien. Le ciel était couvert mais il ne pleuvait pas. Marie et Alex, avec qui nous pensions nous baigner et découvrir les plus beaux spots de l’île, nous ont fait comprendre qu’avec le temps des derniers jours, l’eau serait trouble et marron. Que ça ne valait pas le coup à présent, car la période de la mousson était belle et bien arrivée. On est rentrés histoire de prendre une douche et on est reparti manger. Pas facile de trouver quelque chose le dimanche… Après deux échecs, on est allés manger au Whitening, la où on avait pris un verre la veille. On a beaucoup traînés, on est reparti à minuit et sommes allés boire des coups à FishBowl Beach Bar.

 

Day 17 12 novembre 2018

Ils nous ont emmené au Thaï qu’ils préfèrent sur l’île, car en plus de la nourriture très bonne, la propriétaire est très proche d’eux.

 

C’est le grand départ. Ce fut un plaisir d’avoir passer ces trois jours avec eux. On en gardera un très bon souvenir, malgré le temps. Ce qui est sûr c’est que nous avons bien mangé et bien bu ! Nous n’avons pas pu découvrir l’île, pas fait de snorkeling, de randonnée ou de plage et cela restera notre plus grand regret. La prochaine fois, nous ne viendront pas pendant cette période. Nous le savions mais nous avons tenté, ce qui nous a dans l’ensemble réussit jusqu’à Koh Samui. Cela annonçait la fin de ce très beau séjour sur l’île, mais surtout, la fin d’une année de voyage. Après 11 mois en Australie, 2 semaines à Bali et 2 semaines en Thaïlande, l’aventure s’arrêtait pour nous quelques jours plus tard au départ de Bangkok jusqu’en France.

On a pris ensuite un ferry (14:45 à Koh Tao) et un bus pour Bangkok (arrivée 00:30) avec la compagnie Lambrayah (on a même eut le droit à une couverture dans le bus). Nos derniers jours à Bangkok nous a permis de faire plein de shopping !

Koh Samui

THAILANDE5

Day 10 05 novembre 2018

(Krabi)

Arrivés la bas, c’est la foire pour prendre un taxi. Tu payes, tu prends ton ticket et un chauffeur arrive trois secondes après.

9e2ade55890321.5997322c36ab9 (1)

On a logé à The Tara River (12€ la nuit chambre double avec salle de bain privative, ventilateur mais pas de clim). On était près de tout et à un bon rapport qualité prix. Mais honnêtement, sans la clim la nuit a été horrible. Un bon conseil: payez un peu plus cher mais prenez une chambre avec climatisation !

En arrivant, on a tout de suite vu avec la propriétaire pour notre départ de demain vers Koh Samui. La route est longue, il y a deux heures et demi de bus et deux heures de ferry. Nous avons booké avec Lomprayah (dîtes la meilleure compagnie). 650 baht par personne incluant le transfert de l’hôtel à la station de bus, le bus et le ferry. Demain, le départ à 6:00 va être dur…

Pour la journée, Alex avait encore mal à son bras et sa fesse en raison des injections deux jours plus tôt. Il était fatigué, nous avons donc décidé de ne rien faire de cet après midi, même si nous avions prévu de faire un tour en bateau (long tail boat). Tant pis Krabi, on ne t’aura pas vu aujourd’hui mais on aura bien l’occasion de revenir pour te voir 🙂 J’en ai profité pour avancer un peu le blog, et nous avons passé presque toute la fin de journée à chercher un logement pour les trois prochains jours à Koh Samui. Difficile de savoir quoi prendre… Hôtel, appartement, villa ? Vue sur mer, piscine privative? Emplacement plutôt près ou écarté de la ville ou des commerces ? Bien sûr que notre choix se portait plutôt vers la villa avec piscine et vue sur mer, mais les différences de prix peuvent être énormes. On nous avait conseillé de ne pas passer par Booking. A Koh Phi Phi lors de notre arrivée, le directeur de l’hôtel nous a proposé d’annuler notre réservation. Et en regardant, nous pouvions annulé au dernier moment sans frais. Nous avons donc payé directement avec l’hôtel, ce qui nous a fait économiser 500 baht (pour deux nuits dans un hôtel très simple). Alors nous n’avons rien réservé pour le moment.

Day 11 06 novembre 2018

Un chauffeur est arrivé à 6:00 (6:20 en fait, car il passait prendre d’autres personnes avant nous). Le bus était à 7:00, il n’y avait presque personne dans le bus. On était à tout cassé dix, pour un bus avec étage…

Arrivés à Koh Samui, nous ne savions pas où aller. Nous n’avions toujours pas de logement ! Alors on a attendu dans un café, où l’on a encore fait des recherches sur airbnb. La première impression de l’île a été plutôt décevante: on se croirait en France. Et en cherchant un endroit où manger, difficile de trouver un brunch (vous savez, le genre de tartine avec du bacon et de l’avocat, ce qu’on adore manger en Australie et que l’on trouve également partout à Bali!) et bien non, ici c’est plutôt restaurant chic et français ou… restaurant français.

9e2ade55890321.5997322c36ab9 (1)
Ca y est, nous avons totalement craqué sur le logement ! La Villa Singeant, 185m2,  Une maison beaucoup trop grande pour un simple couple. Mais si nous l’avons choisi, c’est bien parce que l’offre était plus qu’intéressante ! Alors autant voir les choses en grand ahahah… Avec Alexis, on préfère de loin être dans une maison privative plutôt que dans un super hôtel avec pleins de touristes. 3 nuits pour 176€.

3ccd86a4dc81443e8f6f4e5a0fe9817e320c0d49361fdd97b7e9ee9e4f0262ab

Day 12 07 novembre 2018

9e2ade55890321.5997322c36ab9

Brunch a Fisherman’s House, juste en arrivant au Fisherman’s village. Très bon, même si la serveuse aurait pu être plus souriante. Ça ne nous a pas empêcher de bien manger.

Temples
Big Buddha
Wat Plai Laem

Le temps nous a obligé à rentrer… La journée a été courte.d060dc5c67e12e3dddcfa11f7915fbc46df327d7cd61bdcc3f22493fae7a39ef

Day 13 08 novembre 2018

Nous n’avons plus grand chose à vous raconter sur Koh Samui. Nous sommes dans une période de mousson, les pluies sont arrivées et il nous était impossible à présent de visiter quoi que ce soit. Les rues étaient inondées, il était donc difficile de circuler en scooter. Nous sommes simplement sortis de notre maison pour aller chercher à manger… Et c’était une épreuve !

9e2ade55890321.5997322c36ab9

Le midi, nous sommes allés chercher des Burgers a Homemade Burger & Sandwich. Nous étions obligé de passer par là, car ils étaient très bien notés sur Tripadvisor. Et ils étaient très bons. Nous avons réussi à les protéger durant le voyage pour les manger encore chaud en arrivant. Le soir, nous avons pris des pizzas Bellavita à emporter, une fois de plus.

Nous avons évidemment quelques regrets pour cette île, car nous avions prévu de voir des cascades et de jolies plages… L’avantage c’est que nous avons profité à fond de notre hébergement cette fois-ci ! Mais nous avions une grande raison de vouloir partir… Il y avait, pendant ces deux jours de pluie, un bruit insupportable qui raisonnait dans toute la maison. Je vous laisse deviner par vous même, activez le son ! (Vous avez, tout d’abord le bruit ordinaire de grenouilles, puis….)

Supporter ça jour et nuit… On devenait fous ! On a demandé aux propritaires et ils nous ont dit que c’était un autre type de grenouille, mais que ça n’arrivait que lorsqu’il pleuvait…

Chiang Mai

Les moustiques sont toujours là… Et les fourmis !

Chiang Mai était notre première vraie destination, mais par raison de temps et de prix, nous sommes arrivés à Bangkok pour notre première nuit en Thaïlande et avons pris le train de nuit pour venir. Voici l’article : Bangkok

7bca284e2d76342e4ef506ea5a9f9395142fc87a242b50e269416c1142a18103Les repas, non inclus, sont très bons. (vous avez le choix entre 4 plateaux repas pour dîner, et 4 plateaux repas pour le petit déjeuner). Même si nous étions en 2nd classe, les lits n’étaient pas des plus confortables, et entre la lumière et la climatisation, nous n’avons pas passé notre meilleure nuit. Mais pour un train de nuit, ça reste du grand luxe !

Day 3 29 octobre 2018

Nous arrivons à Chiang Mai (7:00). Un taxi nous a emmené jusqu’à notre hôtel, plus éloigné du centre. (250 baht).

9e2ade55890321.5997322c36ab9 (1)

Nous avons pris 3 nuits à l’hôtel « Baansuwanburi » (prix pour trois nuits, avec petit déjeuner et laundry : 200€ ou 7800 baht) via Booking. On est loin du centre (à 20 minutes environ) mais c’est un super logement. Les propriétaires sont des amours (mère et fille), et nous vous conseillons réellement de loger là-bas. Les prix sont un peu forts, dû à la qualité de l’hébergement. Nous étions quasiment seuls durant notre séjour, et il n’y avait jamais personne à la piscine.

villa3

9e2ade55890321.5997322c36ab9

Après s’être reposés, nous avons pris un Grab pour aller manger au Tikki Café dans la ville de Chiang Mai. Excellent repas thaï, à un prix cassé ! Un endroit qui ne paye pas de mine, mais vous devriez y faire un tour !

Nous avons continué notre petite visite de la ville, avec ses nombreux temples. A savoir, en Thaïlande, la tenue vestimentaire doit être adaptée si vous voulez visiter un temple. Etre respectueux de l’endroit est important, il ne faudra donc pas avoir les épaules, la poitrine, le dos et les jambes dénudées. Si jamais (comme moi au début), vous arrivez en short, la plupart du temps il y a des paréos à disposition. Attentions, nous les filles, nous n’avons pas le droit de toucher un moine !

Nous avons ensuite loué un scooter chez « Bambou Bikes ». Nous avons payé un peu plus cher que prévu, car nous voulons nous éloigner de Chiang Mai, et cela nécessite un réservoir d’essence plus important, et un modèle de scooter plus adapté.

Alexis a eut la bonne idée de nous emmener dans un café, mais pas un simple café. Un café, où l’on s’assoit… à côté de chats ! 18 chats au total sont au deuxième étage. Ce fut un moment agréable, surtout pour un amoureux des chats comme Alex.

Nous avons finit la journée par un passage obligé au marché de nuit : “The Night Bazaar Place”. Nous nous sommes fait masser les pieds à Chai Massage (excellent massage !) et nous sommes revenu vers le marché pour manger. (Au PRD Ploen Ruedee night market International Food Park plus précisément) C’est une place avec de nombreux stands de nourritures préparés sur place. Nous avons énormément (= beaucoup et) bien mangé, et pour pas cher ! Alexis a testé la spécialité du nord de la Thaïlande, le « Khao Soï » ; une soupe formée à partir d’un mélange de nouilles cuites et de nouilles frites, plongées dans du curry et de lait de coco pour rendre le tout onctueux. L’ambiance était superbe, il y avait un petit concert et les commerçants (ceux qui tenaient les stands) étaient super gentils. A penser : Les toilettes publics n’ont pas de papier à disposition mais proposent (parfois) des distributeurs à 5 baht.

5f13d32537e399d8e4e436637a5def2860277c99e2275e91bd6913ae92fa256d

Day 4 30 octobre 2018

Après le plus gros petit-déjeuner de notre vie, nous sommes parti voir la « Bua Thong Waterfall ». Il y a très peu de marche entre le parking où poser son scooter, à la cascade. L’aventure est génial, car on descend pour être au pied de la cascade et….. Pouvoir ensuite la grimper ! Ne vous inquiétez pas, vous allez être trempé à l’arrivée !

 

Day 5 31 octobre 2018

Alexis est parti au temple de Wat Phrathat Doi Suthep. Il a passé plus d’une heure sur la route, pour ensuite se faire arrêter par la police à l’entrée du temple (évidemment, c’est le lieu le plus touristique de Chiang Mai !) Et oui, contrairement à Bali, les règles sont plus strictes en Thaïlande. La police arrête souvent les touristes pour demander un permis moto et internationale. Evidemment, Alex n’avait que le permis voiture, et un simple papier de traduction sur son téléphone. Nous savions déjà que nous risquerions une amende de 500 baht (13€), mais le scooter est pour nous le meilleur moyen de transport. Si vous aussi vous vous faîtes arrêter et que vous payez cette petite amende, demandez bien le reçu ! Grâce à ça, vous pourrez rouler librement pendant trois jours sans qu’un policier puisse vous mettre une amende.

 

Day 6 01 novembre 2018

Nous avons beaucoup hésité avant d’aller dans un sanctuaire d’éléphants. Est-ce vraiment une bonne idée de payer pour voir des éléphants ? Sont-ils vraiment bien traités ou au contraire, ce n’est qu’un moyen de se faire de l’argent dans notre dos. Mais avant tout, nous tenons à vous informer si vous ne l’êtes pas déjà, car je ne l’étais pas moi-même. Il y a presque un an, Alexis m’a appris qu’il ne fallait absolument pas participer à l’attrape touriste du « Elephant Hiking » ou = la balade à dos d’éléphant. Un éléphant, dans la nature, ne pourrait pas facilement se faire approcher par l’homme, il pourrait être dangereux. Tous les éléphants que vous trouverez pour faire cette fameuse promenade sont clôturés dans de minuscules enclos (une simple barrière en bois l’entoure et ne lui laisse pas de liberté, mais de toute façon il ne peut pas bouger car il a la patte enchaîné par une corde). Mais pour être aussi sage, l’animal est, vous vous en doutez maintenant, maltraité par son propriétaire. Alors est-ce qu’un sanctuaire, qui est censé venir en aide à ses éléphants, est-il vraiment fiable ? Un sanctuaire d’éléphants regroupent des animaux ayant été auparavant dans des parcs touristiques. S’il est vraiment ce qu’il prétend être, l’éléphant est (en parti) en liberté et ses propriétaires doivent être aux petits soins avec eux. Alors évidemment, ils ne sont pas relâchés dans la nature donc ne vous étonnez pas qu’ils soient derrière des barrières en bois (mais dans un grand terrain). Le problème est que : De plus en plus de personnes refusent de participer à cette torture et se rabattent vers les sanctuaires. Là où je veux en venir, c’est que certaines personnes malveillantes peuvent avoir l’idée de posséder un sanctuaire pour émouvoir les touristes et se faire un maximum d’argent dans leur dos. (Alors que l’argent que vous payez pour passer la demi journée ou la journée entière, est censé être reverser à l’organisation pour les soins et la nourriture de ces grosses bêtes, ainsi qu’aux salaires des bénévoles). Nous nous sommes donc renseignés un maximum, et voici celui qui nous a paru le mieux : Maerim Elephant Sanctuary (1600 baht par personne pour la demi journée). Un photographe prend de très jolis photos de vous (500 baht par personne ou 800 a deux). Durant la matinée, nous avons nourri les éléphants, nous les avons suivi dans leur balade, nous les avons observés, lavés, rincés… Ce fut une belle expérience !

 

Pour conclure de Chiang Mai Des hôtes superbes qui ont été aux petits soins du début jusqu’a la fin. Les propriétaires sont mère et fille, chacune cherchant à répondre au mieux à nos besoins. Tous les autres employés thaï, ont toujours eut le sourire et on sentait un vrai sourire franc ! Tristes car très attachants Hâte de revenir ! Logement de trois nuits avec petit déjeuné compris et laundry : 7 800 baht C’est du grand luxe ahaha

 

Nous avons pris un Grab pour l’aéroport domestique. C’est parti pour deux heures d’avion direction… Phuket !

 

 

Bangkok

Bye Bali, Bonjour Thaïlande… enfin, si on arrive à prendre l’avion !

La Thaïlande = Moustiques

Day 1 27 octobre 2018

Nous avions réservé un vol de Denpasar à Bangkok, avec un stop à Kuala Lumpur. La raison de cette escale était tout simplement le prix, qui était le moins cher. Sauf que finalement, nous avons loupé le transfert, et dû payer un nouveau billet d’avion pour chacun. (la raison a été très simple : problème de communication, d’affichage et changement de gate…) la prochaine fois, on choisira un vol direct !

Nous sommes arrivés tard à Bangkok, vers 22:00. Nous avons pris cette fois-ci nos cartes SIM à l’aéroport, même si nous savions que les prix seront bien plus élevés. Nous ne voulions pas revivre l’expérience de Bali (en voulant payer moins cher, nous avons perdu un après-midi et finalement de l’argent dans le taxi).

9e2ade55890321.5997322c36ab9 (1)

Nous avons passé la nuit à Unforgotten B&B via Booking (60€ la nuit). Un accueil hyper chaleureux nous attendait, de la part d’un hôte très gentil. L’hébergement étant juste à côté de la gare, c’est la principale raison de notre réservation ici. Nous devions prendre le train demain en fin d’après-midi pour Chiang Mai. La chambre que nous avions était tout en haut, avec balcon et salle de bain privative. La décoration était très atypique, nous avions même la chance de porter un pyjama pour la nuit, fourni par l’hôtel !

Day 2 28 octobre 2018

Nous avions eut le droit à un super petit déjeuner pour bien commencer la journée. Le propriétaire nous a imprimé nos billets de train pour ce soir. Il nous a expliqué que, comme personne n’avait réservé la chambre pour ce soir, nous pouvions rester ici jusqu’à notre départ pour la gare.

Nous sommes partis en Tuktuk (ce sont des petits taxi, type scooter à trois roues) direction MBK, un grand centre commercial. Les prix sont négociables, et les contre-façons coulent à flot.

Nous avons ensuite pris le train (en seconde classe) à 18:00. Nous vous conseillons de réserver les billets en ligne quelques jours plus tôt, surtout si vous cherchez un minimum de confort (un lit par exemple ?)

C’est parti pour 15 heures de route !